Uncategorized

Arlequin serviteur de deux maîtres à Alger

Arlequin

En collaboration avec l’Institut Culturel Italien d’Alger et le Piccolo Teatro, l’Opéra accueillera ce jeudi 25 Octobre, un chef-d’oeuvre du théâtre italien : « Arlequin serviteur de deux maitres » de Carlo Goldoni. Sur Thakafat, on vous dit tout ce qu’il y a à savoir avant d’y aller !

Carlo Goldoni

Auteur dramatique italien né en 1907 à Venise. En 20 ans, il écrit 200 pièces dont des comédies qui lui assurent la célébrité. Goldoni a su garder le dynamisme de la commedia dell’arte et le jeu des masques en les associant à la comédie d’intrigue et en recherchant un certain réalisme dans la représentation des comportements. Les personnages qu’il a créés ne sont ni des abstractions vertueuses, ni des monstres immoraux, mais des représentants ordinaires du peuple et de la bourgeoisie. Ce regard amusé et moqueur sur les classes sociales dans un monde changeant fait toujours le charme de ses comédies, qui s’inscrivent dans une lutte contre l’intolérance et les abus de pouvoir.

Arlequin

 

Arlequin serviteur de deux maîtres ou Arlecchino servitore di due padroni

C’est en trois actes qu’est présentée cette pièce de théâtre de Goldoni, écrite en 1745 et toujours d’actualité.

A Venise, on négocie les derniers arrangements du mariage qui doit unir Clarice, la fille du vieux Monsieur Pantalon, à Silvio, le fils du Docteur Lombardi. Survient Arlequin, qui annonce la visite de son nouveau maître, Federico Rasponi, de Turin, l’ancien fiancé de Clarice, qu’elle n’aimait pas. N’avait-on pas déploré récemment la mort de Federico, assassiné à Turin dans une embuscade ? C’est à la suite de ce malheur que Pantalon n’avait pas hésité à promettre sa fille à un nouveau prétendant. Arlequin profite de ces débats pour faire de son côté la cour à Sméraldine, la femme de chambre de Clarice. Chez l’aubergiste Brighella, on apprend que c’est en réalité Béatrice, la soeur de Federico Rasponi, qui se dissimule sous les habits de ce dernier. La jeune femme est à la recherche de son amant Florindo Aretusi. Accusé d’être l’assassin de Federico, Florindo s’est enfui de Turin et a trouvé refuge à Venise. Arlequin engage la conversation avec Florindo qui se propose de l’employer. Arlequin accepte : le voici donc valet de deux maîtres, qui ne sont autres, hasard facétieux, que les deux amants en quête éperdue l’un de l’autre ! Pour redonner courage à Clarice, Béatrice lui révèle son identité véritable et les raisons qui l’ont conduite à se travestir. Clarice promet de garder le secret, causant ainsi la jalousie du fugeux Silvio.

À l’époque où il compose sa pièce, Goldoni a déjà songé à une réforme de la comédie italienne. Les principes en paraîtront dans son Théâtre comique en 1750 et préconisent :

•la concentration de l’intrigue,
• l’éviction des lazzis (jeux de scène bouffons) obscènes,
• le passage du simple canevas à la rédaction complète de la pièce,
• de tomber le masque, c’est-à-dire de ne plus enfermer les personnages dans un emploi conventionnel.

Infos pratiques :

Opéra d’Alger Boualem Bessaih
Jeudi 25 octobre 2018
18h00
Fermetures des portes à 18h10

Pièce de théâtre version originale sous-titré en français

Entrée payante ( 1500 DA)

Pour plus d’informations :
021 92 38 73 – 0770 11 33 01 – 023 28 93 63
arlecchinoiicalgeri@gmail.com

l’Institut met à disposition une navette gratuite au départ de l’Institut pour l’opéra à 16h30 précise.
La réservation des places pour la navette se fait par e-mail :
iicalgeri.segr@esteri.it

Sources :

IIC Alger 

Carlo Goldoni 

La pièce

Leave a Comment