Arts visuels

Cinq choses à savoi’ART sur Les Demoiselles d’Avignon

avignon

Le cubisme est un mouvement artistique du début du 20ème siècle qui a révolutionné le monde de la peinture. Il fut principalement  développé par les deux artistes Georges Braque et Pablo Picasso. C’est en 1907 que ce dernier dévoile « Les Demoiselles d’Avignon » une grande toile de deux mètres et demi de haut sur plus de deux mètres de large qui sera reconnue comme élément fondateur du cubisme et donc, d’un important changement dans l’histoire de l’art.

Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir ce qui se cache derrière ce célèbre tableau à travers ces cinq choses à savoi’ART :

1/ Le tableau est une représentation artistique de cinq femmes partiellement nues d’une maison close non pas d’Avignon, ville Française mais d’Avinyo, rue de Barcelone à proximité de laquelle Picasso vécu.

avignon

Les Demoiselles d’Avignon de retour dans la rue d’Avinyo, à Barcelone. © Flickr/Carol

2/ Corps déstructurés, visages anguleux et asymétriques affirment le manque de réalisme mais également la rupture avec la représentation classique du corps, particulièrement du corps féminin.

3/ La première rencontre des Demoiselles d’Avignon avec le monde artistique fut pour le moins choquante. Apparaissant comme extrêmement osée, Picasso eu droit à de nombreuses critiques de la part de ses contemporains, notamment Barque qui la traita d' »acte de terrorisme ».

avignon

4/ Les Demoiselles d’Avignon est un tableau en état d’ « Inachèvement voulu ». en effet, après 9 mois de travail et 809 brouillons, on dit que deux hommes devaient y être représentés : un matelot en guise de « client » et un médecin portant un crâne dans les mains, pour symboliser la mort. Ce tableau inachevé a frôlé de finir aux oubliettes si ce n’était grâce à André Salmon qui a pu convaincre Picasso de l’exposer à nouveau en 1916.

5/ Deux des personnages féminins semblent avoir un visage déformé par une syphilis osseuse, à l’époque, la prostitution s’accompagnait souvent de graves maladies vénériennes ce que dénonce ici Picasso. Nous y retrouvons également un hommage à l’art Africain et Ibérique car ces mêmes personnages semblent aussi porter des masques qui rappellent ces cultures et que Picasso affectionnait particulièrement.

avignon

 

Avez-vous pris le temps d’observer le tableau et avez-vous remarqué la corbeille de fruits ?

Nous vous proposons davantage de lecture sur ce chef d’oeuvre sur cette étude et ces articles. 

 

Leave a Comment