ITAR

Itar : Lumiére sur Hichem Turqui

On ne peut pas passer devant une oeuvre de Hichem de façon indifférente , en l’admirant uniquement et en se disant que c’est intéressant. Non , Hichem nous pousse à réfléchir , cherche à travers son travail fortement cérébral à nous interpeller à travers des compositions esthétiquement frappantes.

Vous ne connaissez pas Hichem Turqui ? prenez le temps de le découvrir à travers ce portrait.

1. Qui êtes-vous ? Comment décrivez-vous votre art ? (une photo de vous si possible).

Hichem Turqui « Hix » 25 ans sculpteur de formation, directeur artistique dans une société de service communication et conseil, photographe autodidacte, moviemaker.  En fin d’étude au beaux-arts d’Alger.
Ce que je fais en art est une pure inspiration de mon entourage et de moi même, Mon art se construit en trois étapes fondamentales :, observation, une conception mentale puis la réalisation.

2. Dans quelle atmosphère créative êtes-vous le plus à l’aise ?

Je suis une personne qui se déplace beaucoup, du coup, je ne suis pas en mesure de choisir tout le temps les conditions mais bien plus en cherchant soigneusement les éléments que je recombine pour faire mon art, une remise en place, une remise de scène, une vue externe, qui est la mienne. Je déforme l’origine sous des montages pour mieux les expliquer.

3. Que pensez-vous du paysage artistique et culturel algérien ?

Le paysage culturel artistique algérien reste riche  en caractères graphiques et de par ses artistes. Cependant, il ne se développe pas rapidement vu les conditions de la société, l’art algerien traite des sujets qui ne sont pas toujours les bons, Mais « yed wahda matsefa9 » il faut que le peuple sache jouer son rôle, l’art en Algérie se trouve obligé de dépasser tous les tabous, les fausses idées, et même la religion. Si c’est nécessaire, un langage universel tel que l’art ne doit pas avoir des limites, l’Algérie passe par une période délicate, rien d’autre que l’art ne pourra la sauver

4. Si vous pouviez en changer une chose, ça serait laquelle ?

Pour changer quelque chose à l’art Algérien il faut commencer par accepter de se changer soi-même , voir les choses autrement, pour  avancer, évoluer et surpasser le passé pour une Algérie nouvelle qui apprend de ses erreurs. Rien d’autre ne pourra être changé mis à part l’ouverture d’esprit des gens.

5. Présentez-nous une de vos œuvres ?

Cette oeuvre est prise d’une série photographique « cube sociétal » qui a eu lieu au Vivarium du 31/10/2017 au 02/11/2017, qui parle de la société de consommation sous tous ses aspects.

C H R O B 3 A 9 L E K

Une tasse d’idée ! Tirée d’une expression qui veut carrément dire « boire son cerveau » ! Malgré la dérision apparente…cette expression définit la maturité…le fait d’être mature !
Une image que j’ai créé pour pousser à l’ouverture d’esprit et pour casser les barrières de l’art en Algérie avec une image nouvelle et surréaliste, à la Hix