Muséologie/Patrimoine

La restauration / conservation dans l’art

restauration

 

Les oeuvres d’art sont soumises à de nombreux facteurs de dégradation et en premier lieu, à l’effet du temps, qui peuvent atteindre différentes parties d’un tableau qui est constitué de son support, bois et toile, sa préparation, sa couche de couleur et de son vernis. Avant d’entamer toute intervention de conservation ou de restauration, il est nécessaire de dresser un constat d’état ainsi qu’un diagnostic, puis de faire des propositions de traitements qui doivent être validées par le propriétaire de l’oeuvre.

 

Evolution historique de la restauration

Dès le XVIème siècle les travaux de restauration étaient toujours confiés aux peintres qui étaient chargés de « raviver les peintures ». Ainsi les restaurateurs étaient assimilés aux peintres. Ils pensaient pouvoir améliorer l’original. À cette période, le respect de l’œuvre n’était pas important. Il fallait remettre au goût du jour les œuvres en changeant par exemple certains motifs ou en repeignant des parties jugées trop abîmées.

Ensuite, jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, la conception philosophique de la restauration est de compléter l’œuvre dans le style de l’époque de sa réalisation.

Au XIXème siècle, le métier de restaurateur se développe. On assiste à une nouvelle discipline. La science progresse. L’histoire de l’art intéresse. Les restaurateurs se spécialisent sur le traitement du support (trous, déchirures, changement de toile, etc.) et de la couche picturale (nettoyage, retouche).

Depuis le XXème siècle, le métier se spécialise davantage.

On y apprend la pratique et la connaissance des matériaux. Actuellement la restauration permet de rendre l’œuvre compréhensible aux yeux du public. Elle repose sur le respect de l’œuvre et les matériaux utilisés sont réversibles.

 

 

Comment un tableau peut-il se détériorer ?

Le support peut par exemple se déformer. La couche picturale peut se soulever par des écailles qui tombent et par des craquelures. La toile peut se déchirer. Les vernis et les pigments vieillissent et s’oxydent…

restauration

Conservation VS restauration

La conservation préventive agit sur l’environnement de l’oeuvre dans l’objectif d’atténuer les facteurs de dégradation. La conservation curative consiste en une intervention sur l’oeuvre pour stopper une altération évolutive et enfin, la restauration qui intervient de manière directe sur l’oeuvre pour en améliorer la lisibilité.

Au cours de ces processus, il est important de respecter l’intégrité physique, esthétique et historique de l’oeuvre pour ainsi en assurer la pérennité et l’accessibilité aux futures générations.

 

source 

Leave a Comment